Covid 19 - Courrier de la DRAC Centre Val de Loire

Madame la Présidente, Madame la déléguée régionale,

Voici le retour que je suis en mesure de vous apporter au regard de votre sollicitation d'hier par courriel.

J'ai toute conscience des impacts catastrophiques de la crise sanitaire que nous traversons collectivement, également dans le domaine culturel; et pour ce qui concerne le domaine du spectacle vivant plus particulièrement pour les artistes et équipes artistiques qui restent souvent les plus fragiles et les plus impactés par cette situation inédite.

Il est évident que cette crise aura des conséquences à court, moyen et long terme qui sont à ce stade encore difficilement appréhendables.

Je vous affirme à cette occasion toute la solidarité de la Drac Centre – Val de Loire et de ses agents et sa mobilisation.

Le ministère de la culture a d'ores et déjà mis en place de manière rapide et articulée aux dispositifs généraux du gouvernement, deux plans de soutien : aux acteurs culturels et aux salariés sous le régime de l'intermittence ou sous contrats courts. Les services de ma direction tiendront bien entendu informés les acteurs en région de la traduction opérationnelle de ces différentes mesures.

Pour ce qui concerne la Drac Centre – Val de Loire nous nous employons à assurer la continuité du service rendu aux publics, y compris aux acteurs professionnels du spectacle vivant, et travaillons en ce moment même à mettre en œuvre le plus rapidement possible, des solutions pour assurer les versements des subventions aux bénéficiaires de nos différentes aides :

- Aides aux projets, aux résidences et aux structurations pour les équipes danse, théâtre

- Aides au fonctionnement des lieux, saisons et festivals

Nous nous attelons par ailleurs à trouver des solutions pour les soutiens qui restaient à programmer, notamment pour l'aide aux ensembles musicaux pour lesquels la commission régionale consultative d'experts des 18 et 19 mars a dû être annulée et pour la commission relative aux conventionnements théâtre.

Pour ce faire il nous faut néanmoins prendre en compte les contraintes internes et externes, toutes mes équipes sont actuellement au travail pour dégager les meilleures solutions possibles pour tous.

Il convient également de considérer au vu de la situation et son évolution que certains appels à initiatives et guichets d'aides du ministère de la culture mis en œuvre en Drac devront être le cas échéant adaptés pour pouvoir répondre au mieux à cette situation critique. Par ailleurs les services déconcentrés de l'Etat et les collectivités auront très certainement à se coordonner également en ce sens.

A ce stade je ne puis être plus précis, mais nous sommes bien entendu tous mobilisés pour soutenir au mieux les porteurs de projets, dans tous les domaines d'activités de compétence de ma direction. En ce sens je serai intéressé à connaître les résultats de la cellule de veille et d'observation organisée par le Synavi.

Demeurant à votre disposition

Cordialement à vous

Courrier de Fabrice Morio Drac Centre Val de Loire.

Saisissez votre texte ici...

Réunion à Grande Synthe le 11 décembre

Dans la suite des réunions sur les territoires du SYNAVI Hauts de France et après les rencontres à St Quentin et Beauvais, nous vous proposons que notre prochaine réunion se déroule : MARDI 11 DECEMBRE à 9h30 au Palais du Littoral à Grande Synthe.

Nous vous proposerons bientôt un ordre du jour précis mais voici les premiers points prévus :

  • Enquête sur les lieux et actions en territoires - premiers retours de Manon Marlats
  • Les négociations avec la Région
  • Baisses de subventions des départements
  • Négociations nationales sur l'intermittence

A​ bientôt !

Communiqué sur les conventionnements DRAC - Soutien à la compagnie RL

 COMMUNIQUE SYNAVI Ile-de-France

La Direction des Affaires Culturelle d’Ile de France a arrêté en début d’année la liste des compagnies qu’elle conventionnait pour les trois prochaines années et celles dont la convention prenait fin. Bien peu des compagnies, membres du SYNAVI Ile de France, ont la chance de bénéficier de ces conventionnements et la plupart renoncent même à solliciter aujourd’hui l’aide à la création du fait du nombre de refus reçus par le passé. Le conventionnement ne concerne de fait que quelques artistes privilégiés et notamment les anciens directeurs de Centres Dramatiques Nationaux. Cette aide ne peut pas être une rente à vie. La sortie d’un conventionnement est donc normale quand les bénéficiaires ne répondent plus aux critères de création, de diffusion des spectacles vivants et des exigences d’accompagnement des jeunes compagnies que des équipes plus structurées et mieux financées ont le devoir de réaliser. Encore faut-il que ces critères soient effectivement fixés, appliqués et transparents.

Lire la suite