Etat

Lyon, le 03 décembre 2019

 

Le SYNAVI, syndicat des structures indépendantes de création, production et diffusion de spectacle vivant, soutient des modes de production qui s’inscrivent dans le cadre d’une économie solidaire, respectueuse de la législation sociale, des droits et du bien-être des salariés.

A ce titre, nous dénonçons la réforme du régime des retraites sur le fond comme sur la méthode.

 

Sur le fond.

Cette réforme risque, si elle suit la même pente que celle de l’Assurance Chômage, de toucher de plein fouet les plus précaires, les travailleurs aux carrières en dents de scie, les femmes, déjà mal traités par les dispositifs actuels... Un calcul par points, relatifs à la totalité de la carrière et plus seulement aux 25 meilleures années, dont la valeur varierait suivant les années, pénalisera mécaniquement les salariés aux parcours irréguliers. Ils et elles sont particulièrement nombreux.ses dans le secteur de la création indépendante, déjà fragilisé par des baisses budgétaires successives et des politiques culturelles tournées vers les labels et le marché.

 

Outre les problèmes de fond, nous dénonçons la méthode.

Comme lors des réformes de l’Assurance Chômage et de la formation professionnelle, l’État reprend la main sur des organismes gérés jusque-là de façon paritaire par des représentants des organisations de salarié.e.s et d’employeurs.

Un régime universel de retraite dont la gouvernance ne serait plus paritaire, c’est la certitude de voir les retraites soumises aux agendas politiques de court terme et fluctuer au gré des gouvernements successifs.

Il s’agirait là d’un recul historique du paritarisme et d'un changement radical de modèle social.

 

Nous, syndicat d’employeurs, sommes solidaires de l'appel lancé par les confédérations professionnelles salariées contre la réforme des retraites telle qu’elle est conçue par le gouvernement.

Nous invitons les citoyens, les actifs, les jeunes et les retraités, les organisations syndicales représentatives, les organismes sociaux et les représentants de l’État à travailler ensemble les questions de la cohésion sociale et de la répartition des richesses aux différents âges de la vie, dans un agenda réaliste, tenant compte de toutes les générations impactées.

 

Télécharger le Commnuniqué en réaction à la réforme des retraites du 3 décembre 2019

Lyon, le 15 novembre 2019

 

A l’occasion du vote du Projet de Loi de Finances pour 2020, dans le cadre de la suppression des taxes dites « à faible rendement », les députés ont adopté un amendement prévoyant la suppression de la taxe sur les spectacles collectée par l’ASTP, à partir de 2021. Le projet de loi prévoit également un rapport à fournir par le Gouvernement au Parlement « relatif aux conséquences de la suppression de la taxe » et le remplacement de cette taxe « par une subvention publique ».

Le Sénat se voit proposer au contraire, par un amendement déposé par sa commission des finances, de ne pas supprimer la taxe en question.

 

Le Syndicat National des Arts Vivants, qui regroupe les entreprises de l’économie sociale et solidaire de toutes disciplines des arts du spectacle, réagit vivement à ces débats qui n’ont fait l’objet d’aucune consultation préalable de la profession.

Le SYNAVI demande à être auditionné pour que des mesures nouvelles soient prises concernant la taxe sur le spectacle et l’association qui la collecte, l’ASTP, en tenant compte des intérêts des entreprises à but non lucratif et de la priorité à donner, en matière d’aides et de politiques publiques, à la diversité culturelle et à l’accès à la culture.