Etat

Le SYNAVI se félicite de l’attention portée par le Gouvernement sur l’égalité hommes-femmes et a pris connaissance, avec intérêt, de la feuille de route 2019-2022 présentée en avril par Franck Riester, Ministre de la Culture.

 

Il relève, tout particulièrement :

  • l’engagement de la Direction Générale de la Création Artistique (DGCA) du Ministère de la Culture à attribuer, aux équipes féminines qui dirigent des structures, des aides financières portées à la moyenne des montants de soutien accordés ;
  • l’objectif de progression annuelle de + 10% de femmes dans les programmations des structures labellisées et festivals subventionnés par l'Etat et la DRAC, sur 2019-2022 ;
  • l’objectif annuel de progression du nombre d’aides déconcentrées attribuées aux équipes dirigées par des femmes sur 2019-2022, à savoir :

+ 5% par an dans les DRACS où ces équipes représentent 25% à 40% des moyens attribués ;

+ 10% par an, dans les DRACS où ces équipes représentent moins de 25% des moyens attribués ;

  • la proportion minimum de 40% de chaque genre dans les commissions d’attribution de subventions et aides de la DRAC.

 

Les délégations du SYNAVI (en Auvergne-Rhône-Alpes, Centre-Val-de-Loire, Grand-Est, Hauts-de-France, Ile-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Provence Alpes Côte d’Azur, Pays-de-la-Loire) veilleront, lors de rencontres régulières avec la DRAC, à l’atteinte de ces objectifs.

Le SYNAVI sera attentif également à la mise en place de mesures tendant au primo-accès des femmes aux postes de responsabilités et de sécurisation de leurs parcours, via des actions de formation et d’accompagnement, telles qu’annoncées dans la feuille de route.

Le SYNAVI invite toutes les directrices artistiques et équipes artistiques à faire connaître les situations particulières rencontrées en lien avec ces objectifs d’égalité.

Partant du constat que les entreprises du spectacle ne s’étaient pas suffisamment appropriées le dispositif d’aide à l’emploi FONPEPS, le SYNAVI s’est engagé, aux côtés de l’UFISC et des organisations professionnelles dans une concertation avec le Ministère, autour d’une refonte des mesures qui le constituent.

Cette concertation avait pour but annoncé la publication d’un décret modificatif qui devait prendre la suite du décret actuel, dès son échéance le 1er juin prochain. Dans ce cadre, nous avons adressé des contributions sur les différentes mesures du FONPEPS - en particulier des mesures 1 à 4 - en vue de les rendre plus incitatives, les simplifier et d'améliorer leur appropriation par les entreprises du spectacle.

Mais force est de constater qu’il n’y a, à ce jour, aucune garantie de pérennisation, au-delà du 31 mai 2019, des aides à l’embauche d’un premier salarié en CDI ou des jeunes artistes diplômés, ni de reconduction de la prime à l’emploi pérenne et de la prime aux contrats longs, qui permettent de garantir des durées d’emploi plus longues aux salariés intermittents.

Or, certaines mesures sont entrées en vigueur il y a seulement quelques mois. Elles commencent à peine à prendre effet au sein des entreprises qui y ont eu recours et à être repérées par le plus grand nombre.

Les entreprises ont besoin avant tout de lisibilité et de visibilité sur ce dispositif. Elles ne peuvent subir indéfiniment les changements de cap, et la suppression brutale de dispositifs de soutien à l’emploi, comme elles l’ont déjà subi avec la suppression des CAE – CUI.

Aussi demandons-nous que les mesures 1 à 4 du FONPEPS soient prorogées en l’état en attendant qu’un nouveau décret, tenant compte des propositions des organisations professionnelles, entre en vigueur.

Lyon, le 28 mars 2019

Télécharger le Communiqué FONPEPS mars 2019