Lyon, le 3 février 2021

 

Partout en France, à Avignon, Strasbourg, Montpellier ou Millau, des mobilisations ont lieu pour dire que la culture, et singulièrement le spectacle vivant, doit garder une place dans nos vies. Le gouvernement semble être sourd aux nombreuses propositions portées par ces rassemblements. Ils vont donc se multiplier dans les semaines à venir, comme l'opération "théâtre ouvert" du 30 janvier ou la mobilisation interprofessionnelle du 4 février. Le SYNAVI, qui regroupe les employeurs du tiers secteur du spectacle vivant (notamment des compagnies et des lieux indépendantes) soutient l'ensemble de ces mobilisations qui portent l'urgence d'un soutien fort à notre secteur d'activité.

Nous souhaitons aussi rappeler ici nos propositions et ouvrir une piste pour demain.

URGENCE SOCIALE DANS LA CULTURE !

Dès le mois de mars, nous avions pressenti et annoncé les effets de long terme de la crise sanitaire sur notre secteur. Les deuxième et troisième vagues nous ont malheureusement donné raison. Un plan de soutien massif aux premiers employeurs que sont les équipes artistiques et à l’emploi direct, décorrélé de la réouverture des lieux culturels au public, est urgent.

Nous avons porté en ce sens, avec d’autres organisations, des propositions au Ministère :

• le soutien des résidences, répétitions et toutes les actions qui peuvent se tenir en salle, comme dans l’espace public, à hauteur de ce qu’elles coûtent, c’est-à-dire la masse salariale au plateau et les frais de fonctionnement ;

• le soutien à tous les lieux intermédiaires et indépendants, les lieux de travail, de fabrique, les chapiteaux et lieux éphémères. Ils doivent être occupés massivement par des équipes artistiques au travail dans l’attente de pouvoir rencontrer le public ; ils devront également être accompagnés dans la mise en place des protocoles sanitaires nécessaires à l’accueil du public ;

• la garantie des droits sociaux : la médecine du travail, la complémentaire santé, la formation professionnelle continue, les droits à sécurité sociale en cas de congé maternité ou maladie ;

• la prolongation de l’année blanche pour l’assurance chômage des intermittent.e.s du spectacle ; de trouver des solutions pour les primo-entrants ou pour toutes les personnes non indemnisées ; de protéger les droits des auteurs et autrices.

Nous attendons encore et toujours des réponses !

ET ENSUITE ? JOUER PARTOUT ET TOUT LE TEMPS !

Après quasiment une année d’arrêt, le secteur du spectacle vivant risque de faire face dès aujourd’hui à une situation d’embouteillage : beaucoup de spectacles et de créations reportés et pas assez de théâtre pour les accueillir.

Pour le SYNAVI, il n'y a jamais trop de spectacles, jamais trop de compagnies. Il y a à penser un après, un déconfinement de notre secteur, qui permette aux artistes de jouer partout et tout le temps.

Nous appelons donc à un soutien massif de tous les lieux intermédiaires et opérateurs du tiers secteur du spectacle vivant, toutes les structures sociales, de l'éducation nationale et de l’éducation populaire, les associations, comités d'entreprises, à ouvrir leurs espaces aux équipes artistiques, pour accueillir largement représentations et actions artistiques dans les quartiers, les villages, les entreprises...

Nous en appelons le ministère de la Culture et aux collectivités locales pour soutenir et cofinancer à parité cet élan nouveau de diffusion artistique. En salle ou dans l'espace public, faisons, qu’à partir de ce printemps, la crise sanitaire soit une opportunité pour ouvrir une nouvelle ère de la politique culturelle.

Télécharger le communiqué - urgence pour les professionnels du spectacle vivant !