Le 8 octobre 2019, une procédure d’expulsion a été lancée dans les locaux historiques de Mains d’Œuvres, à l’initiative du Maire de Saint-Ouen, exécutée par le Préfet de Seine-Saint-Denis. Le syndicat a réagi à cette expulsion dans un communiqué de soutien du SYNAVI à Mains d'Oeuvres. Les soutiens, nombreux, à ce lieu emblématique des Nouveaux Territoires de L’Art ont suscité des réactions. Le Ministre de Culture, est intervenu en faveur de la structure proposant une médiation avec la municipalité de Saint-Ouen. Dans l’attente de la décision de justice avancée au 13 novembre, la situation de Mains d’Œuvres et de ses résidents reste incertaine. Vigilance !

Prochain Cri d'amour pour Mains d’Oeuvres le 9 novembre devant la Mairie de Saint-Ouen ! #RENDEZNOUSMAINSDOEUVRES

Au-delà de cette expulsion, c’est toute la politique en direction des Lieux Intermédiaires et Indépendants qu’il convient de questionner. L’Etat lance un Appel à Manifestation d’Intérêt d’un montant de 100 millions d’euros (financements publics-privés) sur trois ans, dans le cadre du Plan en faveur des Tiers-Lieux et Fabriques de Territoires. Il vise les coopérations entre lieux et le développement des pratiques autour du numérique. Le SYNAVI milite, avec d’autres organisations de l’UFISC, pour la reconnaissance des spécificités du secteur culturel non lucratif et l'affectation prioritaire des fonds publics vers ce secteur.